Carrés fertiles

Carrés fertiles
lundi 16 avril 2018 Marine Bigot

Sur l’étang de Clermont, un drôle de potager a été mis à flot par les paysagistes de l’Atelier de l’Ours. A mi-chemin entre terre et eau, ses Carrés fertiles mettent en évidence le dialogue silencieux qu’entretiennent les champs et les rieux. Chaque année, c’est en effet grâce au labeur d’une poignée de maraichers que les Hortillonnages surnagent. Les hortillons, en curant les canaux et en fertilisant leurs cultures avec la vase ainsi récoltée, assurent la survie de ce territoire, tout en en perpétuant du même coup sa tradition nourricière. Le jardin maraîcher imaginé par les paysagistes est en équilibre entre ces deux mondes, l’un aquatique, l’autre terrestre : aux carrés de culture flottantes répondent les alignements légumiers des planches maraîchères, cette fois-ci plantés en pleine terre. Entre les deux, l’axe du ponton symbolise la convergence de ces deux entités, et son ancrage dans un contexte paysager plus large, celui de la Venise des légumes picarde. En plus de reprendre le vocabulaire des jardins vivriers, les plates-bandes mises en place seront support d’expérimentations : à l’étude, rotations culturales et palettes végétales permettront de poursuivre l’héritage des hortillons.

L'artiste

l'Atelier de l'Ours

 
Fondé en 2016, l’Atelier de l’Ours est un collectif de paysagistes et de designers qui se consacre à l’étude, à la conception et la transformation des espaces de vie culturelle et collective. Dans le cadre du Festival des Hortillonnages, son équipe se compose de trois ingénieurs paysagistes issus de l’Ecole de la nature et du paysage de Blois : Juliette Guénard, née en 1991, Nicolas Jeanmonod, né en 1984 et Virgile Piercy, né en 1991.