Fragments

Fragments
lundi 16 avril 2018 Marine Bigot

Posés sur l’eau, sur les berges ou suspendus dans les airs, des sphères végétales, légères et humides, arrondissent leur dôme hérissé d’un fouillis vert. Il y pousse des fraisiers ou de la mélisse, un jeune saule ou des carex : des plantes aquatiques aux espèces maraîchères, toutes les plantes des Hortillonnages ont été réunies sur ces mottes de terre. Imaginé par le collectif Gama, ce dispositif est inspiré d’une technique d’ikebana japonaise, kusamono, mot à mot herbe-objet. Compositions florales réalisées à partir de plantes sauvages trouvées en forêt, les végétaux sont plantés sur une grande variété de supports, et notamment des dômes de substrat couverts de mousse. Adaptant ce principe aux Hortillonnages, le collectif Gama transporte le paysage de l’eau au cœur des parcelles et met en scène les différents visages des Hortillonnages, entre marais et maraîchage. Leurs « fragments » témoignent de la poésie de ce monde végétal et de son ambiguïté intrinsèque, entre nature et artifice.

L'artiste

Collectif Gama

 
Le collectif GAMA se compose de deux ingénieurs paysagistes, Mélanie Gasté et Aurélien Albert, nés respectivement en 1986 et 1985. Après des études en arts appliqués pour l’une et sur les techniques du végétal et l’aménagement paysager pour le second, leurs parcours se croisent à l'Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois, où leur intérêt commun pour les territoires fluviaux les amène à travailler ensemble. Leur travail s’axe sur une volonté de partage du projet de paysage, et l’imbrication de compétences et sensibilités complémentaires.