Ricochet 2,5m3, Tragédie de la trajectoire

Ricochet 2,5m3, Tragédie de la trajectoire
lundi 16 avril 2018 Marine Bigot

Sur l’étang de Rivery, l’installation du plasticien Benjamin Testa se compose de quatre cubes flottants. Intitulée Ricochet 2,5m3/ Tragédie de la trajectoire son œuvre s’inspire en effet d’un jeu connu de tous, celui des ricochets, dans lequel les joueurs s’amusent à faire rebondir sur l’eau de petits cailloux plats. Ici, le projectile habituel a été remplacé par la section cubique de l’un des ensembles architecturaux, comme si une personne s’était saisie d’un bout d’immeuble pour la lancer à la surface du plan d’eau. Entre les cubes, le plasticien a rendu l’idée de mouvement par des arcs en acier, qui confèrent à ces objets une impression de légèreté, tandis que le miroir d’eau démultiplie la masse des logements collectifs alentours. Par cette image, l’artiste souhaite nous interroger sur les contraintes qui pèsent sur le citadin : en milieu urbain, l’individu saute en effet d’un cube blanc à un autre, s’adaptant sans cesse à un habitat standardisé. En plus d’instaurer un dialogue visuel entre deux éléments dissonants, les barres et le bassin, l’image du morceau de bâtiment, prélevé à la source et devenu projectile, prend ici une autre dimension, métaphore de la condition d’habitant autant que critique des grands ensembles.

L'artiste

Benjamin Testa

 
Né en 1987, Benjamin Testa est diplômé des Beaux-Arts de Paris. Pluridisciplinaire, son travail jette un regard aussi critique que fasciné sur le rôle de l’architecture, en s’en réappropriant les matériaux et protocoles. Par ces installations, l’artiste invite ainsi à redécouvrir les espaces du quotidien.