Réservation en ligne

Festival international de jardins | Hortillonnages Amiens

Cher public, Chers visiteurs,
Nous vous remercions d’être venus nombreux pour découvrir les créations de la 12ème édition du Festival international de jardins | Hortillonnages Amiens.
Actuellement fermé, le Festival ouvrira à nouveau ses portes du jeudi 26 mai au dimanche 16 octobre 2022.

Pour toute demande d’informations, nous vous invitons à nous adresser un courriel à communication@artetjardins-hdf.com

Au plaisir de vous retrouver pour la prochaine édition !

L’équipe d’Art & Jardins | Hauts-de-France

+2°C = 43 cm > Atelier eem, 2020

+2°C = 43 cm > Atelier eem, 2020
lundi 6 avril 2020 Marine Bigot
  • Atelier eem © Yann Monel
  • Atelier eem © Yann Monel
  • Atelier eem © Yann Monel
  • Atelier eem © Atelier eem

Ce projet vous parle de limite ou plutôt de bordure. La bordure peut être un élément paysager qui définit deux matériaux, si elle sépare deux milieux elle s’appellera lisière. Si cette limite se laisse percer, elle deviendra une zone de transition et s’appellera écotone. Sur cette fine bande de 43 cm, l’atelier eem propose une expérience de « transition écologique ». Un premier plateau est composé de plantes aquatiques, des hydrophytes. Le deuxième, immergé à -3 cm du niveau moyen de l’eau, est une zone remblayée par du limon local. La terre, retenue par une tôle perforée laissant se faire les échanges propre à l’écotone, est végétalisée par des plantes hélophytes. Le troisième plateau, élevé à +20 cm au-dessus du niveau de l’eau, héberge la cariçaie. Le plateau originaire à +43 cm symbolise une végétation venue d’autres latitudes, et des nouvelles conditions, en résonance avec la production horticole propre aux Hortillonnages. Les bordures métalliques ont une ligne bien définie : elles évoquent la précision et l’exactitude du travail humain, elles se courbent… et se perforent pour laisser des échanges imprévisibles se produire. La montée du niveau des eaux est prédite : 43 cm en plus si nous atteignons les +2°C. Cette montée va redéfinir la limite entre terre et eau.
43 cm c’est aussi la hauteur moyenne des berges des Hortillonnages.
43 cm c’est aussi (-3) + (+20) + (+20) : trois plateaux, en-dessous et au-dessus de l’eau, pour explorer cette montée, et ses nouveaux territoires. À la surface de l’eau, la tôle est présente, elle soutient le regard pour délimiter les zones qui s’en trouvent bien définies. Mais l’eau est imprévisible : elle se glisse partout, elle a sa propre logique, humeur ; elle irrigue ou manque, elle déborde. La végétation se développe en suivant son mouvement, des plantes aquatiques aux carex et aux nouvelles espèces, dans une renaissance végétale. En profondeur, les échanges se font : les racines recolonisent la terre où l’eau vient irriguer certaines zones. Alors ces limites sont-elles aussi fortes qu’elles nous laissent le voir ? Est-ce que la nature n’a pas d’autres logiques plus profondes, plus perméables ?
Cet écotone réinvente le territoire à +2°C, nous parle de la richesse des échanges, de la richesse aléatoire qui est propre à chaque changement. La vie des Hortillonnages entre terre et eau continue… un peu différemment.

L'artiste

Atelier eem

L'atelier eem est composé de Marc Blume, Francesca Liggieri, Estelle Nicod et Jan Fusten. L’atelier eem est né en 2009 de la rencontre entre différents parcours : paysage, architecture et design, enrichis de différentes cultures - Allemagne, Italie, France, Suisse. Nous sommes attentifs aux multiples besoins (et désirs !) qui guident les transformations de notre environnement. Les réponses que nous proposons se basent toujours sur la vision globale d’un territoire dans ses différentes échelles (maison, jardin, quartier, paysage) et les spécificités de ses habitants. Notre démarche consiste à entrelacer savoirs et sensibilités dans chaque projet comme « Le Troisième Train », Jardin de la Paix franco-allemand près de la Clairière de l’Armistice à Compiègne (2018), « Histoire sans fin - Le bois dans tous ses états » pour le Festival de Jardins de Métis au Canada (2012-2017) ou encore « Hybid Landscape » pour le projet Mannheim Columbus Quartier en Allemagne (depuis 2018).