Réservation en ligne

RÉSERVATION EN LIGNE

Festival international de jardins
Hortillonnages Amiens 2019

Clap de fin pour cette belle 10e édition… Nous préparons déjà la 11e édition !
Nous vous donnons rendez-vous à partir du 5 juin 2020.
L’Équipe d’Art & jardins l Hauts-de-France


Contactez-nous

+33 (0)3 22 52 52 96  – communication@artetjardins-hdf.com

L’îlot Leurres

L’îlot Leurres
lundi 16 avril 2018 Marine Bigot
  • photographie d'une sculpture avec des grands hameçons colorés, posée au milieu de l'eau. Au fond des immeubles d'habitations Romain Rambaud © Yann Monel
  • photographie de l'artiste devant son oeuvre, au bord de l'étang de Rivery. Au deuxième plan une sculpture avec des hameçons colorés flotte sur l'eau Romain Rambaud © Yann Monel

La thématique de la pêche n’avait encore jamais été abordée au cours du Festival des Hortillonnages : oubli réparé avec l’Ilot Leurres, installation chatoyante et pleine d’humour de l’artiste Romain Rambaud. Le plasticien s’est ici inspiré des leurres, ces appâts que les pêcheurs confectionnent depuis des siècles pour tromper le poisson : en plumes ou en plastique, ces objets minutieusement conçus perpétuent une pratique ancestrale, un Do it yourself avant l’heure dont on retrouve la trace jusque dans le manuel du Parfait pêcheur à la ligne – un traité culte de la pêche, écrit en… 1653 ! Fasciné par leur esthétique, le plasticien leur a érigé un mémorial malicieux, qui se balance dans l’eau des Hortillonnages tel un bouchon de pêche. Avec leurs teintes saturées et leurs textures miroitantes, les appâts y apparaissent comme personnifiés, revendiquant au grand jour la truculence de leurs formes, exhibant leurs hameçons à travers des poses lascives et clinquantes. Amplifiés, accentués dans leur côté strass et paillettes, ces objets nés de l’ingéniosité des pêcheurs y questionnent du même coup ce lien intemporel qui existe entre l’homme et l’animal.

L'artiste

Romain Rambaud

 
Romain Rambaud, plasticien issu des Beaux-Arts de Rennes, crée ce qu’il appelle des sculptures « contrariées », qui contraignent une matière afin d’en extraire une forme. Sa démarche s’attache aux spécificités des sites sur lesquels il intervient, l’artiste partant du lieu et des matériaux déjà présents sur place pour mieux les augmenter. Depuis 2012, il enseigne à Nantes, à l’Institut supérieur des arts appliqués.