Réservation en ligne

Réservation en ligne

Festival international de jardins
Hortillonnages Amiens

La prochaine édition du Festival international de jardins | Hortillonnages Amiens ouvrira le 22 mai 2021.

Nous aurons à nouveau le plaisir de vous accueillir lors cette 12e édition du Festival pour vous faire découvrir les jardins et les oeuvres créés par de jeunes paysagistes et plasticiens.

> RDV à Camon au Port à Fumier pour un parcours en barque électrique sur les parcelles du Festival en toute autonomie pendant 2h30 (payant) ;

> RDV à Amiens sur l’Île aux Fagots accessible depuis le chemin de halage pour un parcours-découverte à pied (gratuit).

À très bientôt !

L’équipe d’art & jardins | Hauts-de-France

Pour toute demande d’informations, nous vous invitons à nous adresser un courriel à communication@artetjardins-hdf.com

Nature permanente > Céline Cléron, 2021

Nature permanente > Céline Cléron, 2021
lundi 12 avril 2021 Marine Bigot
  • Céline Cléron © Bertrand Huet / Tutti

Les œuvres de Céline Cléron naissent très souvent d’un glissement ou d’un télescopage. L’artiste aime à établir un tissu de correspondances entre l’Histoire et la Nature, l’art et l’archéologie, ou les œuvres classiques. Ses créations réveillent de nombreuses images, une image en révélant une autre, et suscitant des histoires où le fabuleux peut naître du prosaïque tout en apportant une temporalité étrange dans le présent.

Dans son installation, ironiquement intitulée Nature permanente, l’artiste croise avec humour l’archétype de l’anti-séduction féminine – le bigoudi – et l’aura romantique et ornementale du saule pleureur décrit dans la littérature comme l’arbre de la mélancolie et du souvenir nostalgique.

Ainsi Nature permanente résulte-t-elle d’un croisement, d’un télescopage entre la « chevelure » du saule pleureur et une apparition quasi animiste, telle une présence fantomatique tissant un lien entre le végétal et l’humain. L’objet « bigoudi » rend le saule pleureur sujet et l’anthropomorphise, l’amenant dans la sphère humaine, en lui attribuant un « esprit » ancestral à la manière des ontologies animistes.

L’Île aux Fagots prend des airs de forêt sacrée…

Pour l’artiste, le rapport au souvenir comme au jeu se tisse dans le détournement, selon une tension persistante entre ce qui est figé et ce qui est en mouvement, entre permanence et impermanence, origines et évolution, fondamentaux et inventions, l’équilibre se jouant dans l’espièglerie de l’artiste et le plaisir du visiteur.

L'artiste

Céline Cléron

Céline Cléron mène une pratique de recherche à la fois mémorielle, historique, encyclopédique et archéologique. Ses pièces émergent d’une rencontre entre des souvenirs souvent liés à son expérience personnelle, à son enfance et à la découverte d’un objet, d’un mot, d’une histoire enfouie. Les matériaux utilisés sont aussi fragiles et précieux que ses réminiscences - résultat d’une sensation, d’un jeu, d’un saisissement. Souvent, l’artiste travaille en collaboration avec des artisans pour réactiver des techniques et des gestuelles en voie de disparition. Entre découvertes et transmission, elle crée des passages poétiques et humoristiques entre différents territoires, différentes histoires. - Julie Crenn