Réservation en ligne

RÉSERVATION EN LIGNE

Festival international de jardins
Hortillonnages Amiens 2019

Clap de fin pour cette belle 10e édition… Nous préparons déjà la 11e édition !
Nous vous donnons rendez-vous à partir du 5 juin 2020.
L’Équipe d’Art & jardins l Hauts-de-France


Contactez-nous

+33 (0)3 22 52 52 96  – communication@artetjardins-hdf.com

Réservoir

Réservoir
jeudi 5 avril 2018 Marine Bigot
  • détail de la sculpture sur des jointures métalliques Matthieu Pilaud © Yann Monel
  • photographie d'une sculpture métallique au milieu d'une parcelle verdoyante. La sculpture reprend la forme du FT17, un petit char chenillé français de la Première Guerre Mondiale Matthieu Pilaud © Yann Monel
  • photographie d'une sculpture métallique au milieu d'une parcelle verdoyante. La sculpture reprend la forme du FT17, un petit char chenillé français de la Première Guerre Mondiale Matthieu Pilaud © Yann Monel

Avez-vous déjà entendu parler du “FT17”, petit char chenillé français le plus efficace de la Première Guerre Mondiale ? Ou encore du “Dazzle”, technique de camouflage qui, au moyen de lignes brisées, rendait, dès 1917, les cuirassés britanniques invisibles à l’ennemi ? Oubliées, ces innovations militaires revivent, détournées, sous la coque d’acier du Réservoir, sculpture ajourée en métal conçue par l’artiste Matthieu Pilaud. Des entrecroisements linéaires du “Dazzle” à la forme même de l’oeuvre d’art, semblable à un cuirassé, l’artiste a pioché dans les trouvailles de l’époque au gré de son inspiration. Mais ici, les avancées techniques et industrielles sont renversées : inaccessible, l’habitacle en acier ne peut servir d’abri, quant aux lignes découpées dans les tôles en inox, elles mettent en valeur le panorama plus qu’elles ne fondent l’objet dans le décor… Non pas mémorial guerrier, l’installation rend ainsi hommage au vivant, rendu omniprésent par le poli et les trouées de la structure.

L'artiste

Matthieu Pilaud

 
Diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Matthieu Pilaud articule son travail autour de la polymorphie des objets. Construites à l'échelle humaine, ces œuvres, tantôt sérieuses, tantôt ludiques, amènent l'observateur à interagir avec elles et leur environnement. Ses objets, au sens souvent caché, ne cessent ainsi de mettre en rapport le corps avec l'espace, l'art avec le dehors.