Réservez votre barque en ligne

Festival international de jardins |
Hortillonnages Amiens 2023
Visite de l’exposition en barque


CAMON / PORT À FUMIER – Parcours en barque
Ponton d’embarquement
35 rue Roger Allou – 80450 Camon

À CAMON, louez une barque pour 2h30 et naviguez vers les différentes parcelles investies autour de l’étang de Clermont.

Le tarif de location d’une barque se décline en fonction du nombre de personnes, de 1 à 6 max. incluant enfant(s) de -3 ans
* 20€ / 1-2 pers. * 27€ / 3-4 pers. * 32€ / 5-6 pers. * gratuit -3 ans
+ redevance ASCO par personne : 1€ / 11 ans et + * 0,50€ / 3-10 ans
>>> Uniquement sur réservation en ligne
Pour prendre connaissance des conditions générales de vente, cliquez ici
Pour raison de sécurité, les animaux ne sont pas admis dans les barques. Les poussettes doivent être déposées à l’accueil.


Nous invitons les visiteurs à continuer à respecter les gestes barrières afin de lutter contre la propagation du COVID-19.
Si vous souhaitez davantage de précisions, nous vous invitons à consulter l’évolution des consignes d’accueil et les règles sanitaires en vigueur sur le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


Pour toute demande d’informations, vous pouvez adresser un courriel à communication@artetjardins-hdf.com
ou appeler le +33 6 78 53 55 92

Au plaisir de vous accueillir prochainement !

L’équipe d’Art & Jardins | Hauts-de-France

Jardin de la Paix australien – « Jardin des Songes », 2024

Jardin de la Paix australien – « Jardin des Songes », 2024
lundi 13 mai 2024 Zoé Gambier
  • ©ChartierDalix - JMD design
  • © ChartierDalix - JMD design
  • © ChartierDalix - JMD design

Jardin de la Paix australien – « Jardin des Songes », 2024

 

Le Jardin des Songes rend hommage aux troupes australiennes ayant résisté et évité la prise d’Amiens pendant la Première Guerre mondiale. Son implantation au pied des remparts de la citadelle, dernier lieu de résistance à la prise dans la ville pendant la Seconde Guerre mondiale, renforce sa dimension symbolique et honorifique.

 

Le Jardin des Songes est imaginé comme une dernière pensée, un voyage d’esprit, moment où se mêle la confusion d’un rêve à la réalité. Celle de la projection d’un ailleurs dans le chaos des combats qu’un soldat Australien pourrait imaginer. Paysage rêvé de ceux qui ne reverront pas leur terre, en sacrifice pour la paix.

 

Au cœur de la cour, les visiteurs découvrent un grand jardin aux couleurs chaudes s’animant au gré des rayons du soleil comme un mirage. Un parcours informel se dessine dans les mouvements de sol et invite à découvrir subtilement la suite du jardin. Les cheminements sont constitués de briques concassées et de sable ocre qui rappellent conjointement les terres rouges du bush Australien et les remparts de la citadelle.

 

Les reliefs du sol s’inspirent des stigmates de la Première Guerre mondiale, des terrains accidentés par les bombardements et les tranchées encore visibles sur les champs de bataille de la Somme (Beaumont-Hamel).

Ces îlots de terre symbolisent également le morcellement des cultures et des origines, ici elles sont toutes rassemblées dans un archipel formant le paysage commun de l’alliance des forces étrangères engagées pendant la Guerre.

 

Ce jeu topographique s’amplifie et guide les visiteurs vers le centre où les allées se resserrent dans une végétation de plus en plus dense. Celle-ci s’implante de façon graduelle. La première couronne d’îles, les plus éloignées du centre, sont constituées d’espèces prairiales avec des vivaces conquérantes aux floraisons érigées. La seconde couronne forme une lisière arbustive, principalement constituée d’arbustes persistants sélectionnés pour évoquer les paysages Australiens, comme les graines qui voyagent avec les soldats. La dernière couronne, la plus proche du centre, forme une ceinture arborée. A la période automnale les feuillages flamboyants des amélanchiers, phormium, sporobole,… inondent le jardin de chaleur et contrastent avec les teintes verts grisés des pins, eucalyptus, mimosas et argousiers.

 

Dans cette couronne, au plus proche du cœur du jardin, les fragments de paysage deviennent de plus en plus remarquables. De part et d’autre, les parois sont renforcées par des pieux en pin noircis au moyen d’une technique de brûlage pour évoquer l’atmosphère des tranchées, invoquant un sentiment de compression.

 

Les visiteurs s’enfoncent alors vers le centre du jardin, où la lumière est tamisée par la canopée des arbres. Une ambiance de sous-bois les plonge dans une atmosphère de sanctuaire propice à l’hommage et au recueillement.

 

Dans cette clairière qui s’ouvre sur le ciel, des roches inertes en apparence, éclosent chaque année de floraisons blanches éphémères. Un jardin pour la paix se renouvèle chaque printemps.

 

L'artiste

ChartierDalix - JMD design | Pascale Dalix, Anton James, Kevin Michels et Harrison Lillis

Pascale Dalix - France - ChartierDalix Pascale Dalix est co-fondatrice de l’agence d’architecture et paysage ChartierDalix créée en 2008. Au cours de sa pratique professionnelle, Pascale Dalix constate que les sujets du patrimoine, du végétal, de l’architecture et du social sont trop souvent considérés séparément. « Faire évoluer la ville en y impliquant les différentes disciplines et en considérant les espèces animales et végétales dans un processus écologique, est un moyen de pérenniser nos espaces. C’est également l’occasion pour l’homme de sortir de sa relation de domination pour se placer dans un lien de coexistence avec l’ensemble des vivants. Mais, également l’occasion inédite de renverser les valeurs afin que la conception du non-bâti occupe une place aussi importante que celle du bâti. Cette pensée constitue le fondement de notre philosophie. » ----- Anton James - Australie - JMD design Anton a suivi une formation d'architecte paysagiste et d'artiste visuel. Il a conçu des projets en Australie, en Europe et aux États-Unis au cours des 25 dernières années. En 2008, il fonde JMD design avec ses partenaires. Le cabinet fait l'objet de nombreuses publications et a remporté de nombreux prix et concours, tant en Australie qu'à l'étranger. En tant que directeur du cabinet basé à Sydney, Anton a participé activement à la conception et à la documentation d'un large éventail de projets, notamment un nouveau parc métropolitain, une promenade sur l'estran, des terrains de jeux régionaux, des études de rénovation urbaine, des places urbaines, de l'art public et la réutilisation adaptative d'infrastructures patrimoniales. Il s'intéresse à repenser le potentiel des paysages complexes où l'on trouve des traces d'utilisations et d'attitudes conflictuelles à l'égard du paysage. Il dessine de manière prolifique et recherche la surprise et le plaisir dans ce qui est souvent négligé, tout en répondant aux exigences strictes de la fonction, de l'écologie et de la constructibilité. ----- Kevin Michels - France - ChartierDalix Kevin est paysagiste-concepteur issu d’une formation approfondie techniquement et conceptuellement. Il collabore d’abord en tant qu’indépendant sur de nombreux projets avec l’agence Coloco et Gilles Clément. En 2022, il rejoint l’équipe de ChartierDalix pour développer et diriger les projets paysage de l'agence. Pour lui, chaque projet est l’opportunité de développer des paysages partagés, diversifiés et adaptés aux dynamiques écologiques des lieux. Il appréhende le risque comme élément d’invention pour penser la réversibilité des milieux et la résilience des paysages. Il conçoit avec le vivant et les écosystèmes en place, travaille dans la justesse, la sobriété et l’échange. ----- Harrison Lillis - Australie - JMD design Harrison est architecte paysagiste enregistré auprès de l'AILA, avec cinq ans d'expérience professionnelle dans des rôles à la fois pratiques et académiques. Il a une formation en philosophie et en conception de permaculture et s'intéresse à la manière dont l'espace public peut compléter des systèmes écologiques plus vastes. Chez JMD, il a participé à la conception et à la documentation de plusieurs projets complexes dans le domaine public, notamment de nouveaux parcs urbains et un plan d'eau régional construit dans l'ouest de Sydney. Il a également travaillé sur des paysages patrimoniaux sensibles et apprécie les curiosités qui émergent de la superposition de nouveaux espaces fonctionnels sur des paysages désaffectés. Harrison a reçu le prix d'excellence 2021 de l'AILA NSW pour l'aménagement du paysage pour sa contribution à la stratégie de conservation de la biodiversité de Hornsby.