Réservation en ligne

Festival international de jardins | Hortillonnages Amiens

Cher public, Chers visiteurs,
Nous vous remercions d’être venus nombreux pour découvrir les créations de la 12ème édition du Festival international de jardins | Hortillonnages Amiens.
Actuellement fermé, le Festival ouvrira à nouveau ses portes du jeudi 26 mai au dimanche 16 octobre 2022.

Pour toute demande d’informations, nous vous invitons à nous adresser un courriel à communication@artetjardins-hdf.com

Au plaisir de vous retrouver pour la prochaine édition !

L’équipe d’Art & Jardins | Hauts-de-France

Origami > Ponton d’accueil flottant, Alexis Deconinck, 2020

Origami > Ponton d’accueil flottant, Alexis Deconinck, 2020
jeudi 12 novembre 2020 Marine Bigot
  • Alexis Deconinck © Yann Monel
  • Alexis Deconinck © Yann Monel
  • Alexis Deconinck © Yann Monel
  • Alexis Deconinck © Alexis Deconinck

Origami > Ponton d’accueil flottant, Alexis Deconinck, 2020

Réaliser un pavillon d’accueil flottant pour les visiteurs, c’est améliorer les conditions d’accès au Festival sur le site du Port à Fumier à Camon. C’est aussi l’opportunité de regrouper dans un même espace l’accueil et la billetterie pour le public, l’embarquement et le débarquement des barques, ainsi que les espaces de stockage du matériel. Installation très ouverte sur son environnement, Origami s’intègre délicatement dans le paysage des Hortillonnages. Par sa forme pliée et aérienne, le ponton s’inspire de la tradition japonaise de l’art du pliage du papier. Avec ses grands pans inclinés, il défie la gravité tout en flottant sur l’eau. La structure en bois est apparente, elle est rythmée par des poutres régulièrement espacées qui épousent la ligne brisée de la toiture. Objet dépouillé, presque nu, Origami présente une forme contemporaine où l’esthétique et la technique ne font qu’un. Les matériaux sont simples, il y en a peu. Il n’y a pas de menuiserie, ni de second oeuvre : tout est structure.

L'artiste

Alexis Deconinck

Alexis Deconinck définit ainsi ses créations : « Je produis des installations à la croisée de la sculpture, l’architecture et le paysage. Mon travail exploratoire passe par mes mains en contact avec la matière. La géométrie excite ma curiosité et je l’utilise pour produire des formes inspirées de la nature. Ça donne naissance à des hybrides entre constructions humaines et naturelles. L’analogie entre processus naturelles et constructions humaines trouble la frontière qui nous sépare du monde sauvage. À travers des installations j’invite le spectateur à se plonger dans une connexion avec la nature. La construction est mon terrain de jeu, la poésie mon moteur. C’est un jeu entre ce que nous percevons comme éphémère ou éternel.»