Réservation en ligne

RÉSERVATION EN LIGNE

Festival international de jardins
Hortillonnages Amiens 2019

Rendez-vous annuel incontournable, le Festival international de jardins Hortillonnages Amiens 2019 fête sa 10e édition avec 10 nouvelles créations ! Un parcours ponctué d’une cinquantaine de jardins et d’installations imaginés et produits par de jeunes artistes – paysagistes, architectes et plasticiens. Une échappée belle esthétique et poétique, une balade artistique, un voyage paysager au cœur des Hortillonnages amiénois…

En barque / CAMON
Louez une barque au Port à fumier, 35 rue Roger Allou (au niveau du parking), pour naviguer pendant 2h30 vers les différentes parcelles investies autour de l’étang de Clermont.

PORT À FUMIER > Accueil par les médiateurs et les volontaires en service civique
accès payant, avec réservation sur place ou en ligne

7 juin-1erseptembre > du mardi au vendredi, 13h30-19h / samedi et dimanche, 10h-19h
2 septembre-20 octobre > mercredi, jeudi et vendredi, 13h30-19h / samedi et dimanche, 11h-19h
Tarifs • 19€ / 1-2 pers. • 23€ / 3-4 pers. • 27€ / 5-6 pers. • gratuit – 3 ans + redevance ASCO (par visiteur) : • 1€ / 11 ans et + • 0,50€ / 3-10 ans

À pied / AMIENS
Accédez par le chemin de halage à l’île aux Fagots et à la presqu’île Robinson ou par le chemin du Malaquis à l’étang de Rivery.
ÎLE AUX FAGOTS > Accueil par les médiateurs et les volontaires en service civique
accès libre et gratuit

7 juin-1erseptembre > du mardi au dimanche, 12h30-19h
2 septembre-20 octobre > du mardi au dimanche, 13h30-19h

 


Contactez-nous

+33 (0)6 78 53 55 92  – communication@artetjardins-hdf.com

Rien à ajouter

Rien à ajouter
mardi 23 avril 2019 Marine Bigot
  • une phrase circulaire "au sentiment de ne rien pouvoir ajouter" en blanc sur un fond vert pale Thomas Wattebled © Thomas Wattebled

Que faire de plus dans les Hortillonnages après 10 ans de festival ? C’est la question que s’est posée Thomas Wattebled pour l’élaboration de son projet Rien à ajouter. Après Dessalage (2010-2011), une installation composée de plusieurs oies empaillées réalisées avec un couple de taxidermistes picards, l’artiste revient avec une proposition qu’il qualifie lui-même comme une installation monumentale de deux centimètres de hauteur… Il prend ainsi le parti de soustraire autant que d’ajouter, en retirant une grande quantité de terre pour la remplacer par des formes en béton blanc. Enterrée, l’installation vient en fait se fondre dans le paysage. Sur la grande étendue herbeuse de l’île aux Fagots, elle se déploie en une phrase circulaire d’une dizaine de mètres de diamètre qui n’a ni début, ni fin. Les 33 lettres au ras du gazon, moulées dans l’atelier de l’artiste, sont à l’échelle du spectateur qui peut marcher dessus, s’y asseoir et circuler autour. D’abord indéchiffrable par manque de recul, l’artiste nous laisse découvrir un texte à double sens, dans la continuité de sa série des « rotatives » :
SENTIMENT DE NE RIEN POUVOIR AJOUTER
NE RIEN POUVOIR AJOUTER AU SENTIMENT
Rien à ajouter, c’est à la fois la volonté de s’arrêter et l’invitation au renouvellement infini. Le texte nous perd, il nous échappe. Ne reste alors que l’expérience du mouvement circulaire, de la répétition et de la dissolution dans l’espace.

L'artiste

Thomas Wattebled

 
Diplômé d’un master en théorie et pratique artistique à l’université d’Amiens et d’un DNSEP à l’École des Beaux Arts d’Angers TALM. Thomas Wattebled, à travers ses installations, sculptures, photographies, défend une posture romantique au sein de notre société de la performance. Ses travaux ont été notamment présentés au Cac Meymac à la maison des arts de Malakoff et au 63e Salon de Montrouge. Il vit et travaille à Orléans.