Réservation en ligne

Festival international de jardins |
Hortillonnages Amiens 2022
Visite de l’exposition en barque


CAMON / PORT À FUMIER – Parcours en barque
Ponton d’embarquement
35 rue Roger Allou – 80450 Camon

À CAMON, louez une barque pour 2h30 et naviguez vers les différentes parcelles investies autour de l’étang de Clermont.

Le tarif de location d’une barque se décline en fonction du nombre de personnes, de 1 à 6 max. incluant enfant(s) de -3 ans
* 20€ / 1-2 pers. * 25€ / 3-4 pers. * 30€ / 5-6 pers. * gratuit -3 ans
+ redevance ASCO par personne : 1€ / 11 ans et + * 0,50€ / 3-10 ans
>>> Uniquement sur réservation en ligne
Pour prendre connaissance des conditions générales de vente, cliquez ici
Pour raison de sécurité, les animaux ne sont pas admis dans les barques. Les poussettes doivent être déposées à l’accueil.


Nous invitons les visiteurs à continuer à respecter les gestes barrières afin de lutter contre la propagation du COVID-19.
Si vous souhaitez davantage de précisions, nous vous invitons à consulter l’évolution des consignes d’accueil et les règles sanitaires en vigueur sur le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


Pour toute demande d’informations, vous pouvez adresser un courriel à communication@artetjardins-hdf.com
ou appeler le +33 6 78 53 55 92

Au plaisir de vous accueillir prochainement !

L’équipe d’Art & Jardins | Hauts-de-France

Rien à ajouter > Thomas Wattebled, 2019

Rien à ajouter > Thomas Wattebled, 2019
mardi 23 avril 2019 Marine Bigot
  • Thomas Wattebled © Yann Monel
  • Thomas Wattebled © Yann Monel
  • Thomas Wattebled © Thomas Wattebled
  • Thomas Wattebled © Yann Monel

Que faire de plus dans les Hortillonnages après 10 ans de festival ? C’est la question que s’est posée Thomas Wattebled pour l’élaboration de son projet Rien à ajouter. Après Dessalage (2010-2011), une installation composée de plusieurs oies empaillées réalisées avec un couple de taxidermistes picards, l’artiste revient avec une proposition qu’il qualifie lui-même comme une installation monumentale de deux centimètres de hauteur… Il prend ainsi le parti de soustraire autant que d’ajouter, en retirant une grande quantité de terre pour la remplacer par des formes en béton blanc. Enterrée, l’installation vient en fait se fondre dans le paysage. Sur la grande étendue herbeuse de l’île aux Fagots, elle se déploie en une phrase circulaire d’une dizaine de mètres de diamètre qui n’a ni début, ni fin. Les 33 lettres au ras du gazon, moulées dans l’atelier de l’artiste, sont à l’échelle du spectateur qui peut marcher dessus, s’y asseoir et circuler autour. D’abord indéchiffrable par manque de recul, l’artiste nous laisse découvrir un texte à double sens, dans la continuité de sa série des « rotatives » :
SENTIMENT DE NE RIEN POUVOIR AJOUTER
NE RIEN POUVOIR AJOUTER AU SENTIMENT
Rien à ajouter, c’est à la fois la volonté de s’arrêter et l’invitation au renouvellement infini. Le texte nous perd, il nous échappe. Ne reste alors que l’expérience du mouvement circulaire, de la répétition et de la dissolution dans l’espace.

L'artiste

Thomas Wattebled

Né en 1990, Thomas Wattebled vit et travaille à Orléans. Diplômé des Beaux-Arts d'Angers et d'un Master en théories et pratiques artistiques à l'université d'Amiens, le plasticien questionne, par ses installations, sculptures, photographies ou dessins, les symboles et les valeurs de notre société de la performance. "Rien à ajouter" succède à "Dessalage", une œuvre de 2010 composée de plusieurs oies empaillées.